Les conséquences des grandes découvertes

[Article en cour de correction]

Les conséquences des grandes découvertes

Les grandes découverte marquent un tournant dans l’histoire de l’humanité. Car elles ouvrent de nouvelle perspectives ainsi que de nouveaux horizons. Nos contemporains on a tort d’associé les grandes découvertes uniquement à Christophe Colomb et a la « découverte » de l’Amerique par ses soins. Les grandes découvertes, si l’on devait les fixer chronologiquement   «  la période correspondant traditionnellement aux trente années qui séparent le premier voyage de colomb à la Circumnavigatioin de magelan. Mais colomb, vasco de Gama et magellan, ne furent pas les seuls. Leurs découverte allaient ouvrir uneperiode faste ou l’europe allait marquer de son emprunte l’histoire du monde. Colomb qui d’ailleur n’était meme pas au courant d’avoir découvert un nouveau continent se doutait-il de l’importance et des conséquence que son voyage au combiens audacieux allait faire subir au monde. Certainement pas. Cette  découverte  marque pour la pluspart des historien, à tort ou a raison la fin de ce que l’on appelle désormais le moyen-age et le debut de l’époque moderne apportant un lot de changement, d’expension considérable. Il est donc interessant de voir quels ont été les changements apporté par les Grandes Découvertes à l’échelle mondiale et européenne.

Cette problématique peut paraitre simpliste, mais la masse incalculable de réponse qui s’ouvrent à elle, la rend particulièrement interessante. Les grandes découvertes qui furent à l’initiative des Portugais et de ce que l’on appel à tord les espagnoles ont conduit à la creation d’empire coloniaux. Ce dont nous allons nous interesser dans une premiere parti. Mais l’exploitation de ces empire eut des conséquence sur les civilisations découverte, conséquence que nous allons tenté d’analysé. Puis, ces grandes découvertes ont occasionné la naissance d’un nouveau monde, tant sur le plan des perspective que sur le plan économique, alimentaire et sociale.

La création  des Empires coloniaux

L’empire portugais

A la suite des decouvertes de (…). Le Roi du Portugal qui était Monsel 1 er decida d’envoyer une flotte et designat Francisco Almeida pour la dirigé. Le but était la maîtrise de l’océan Indien, qui était tenu par les infidèles ou musulman selon le degrés d’objectivité. Les portugais controlérentnotemment la sortit de la mer rouge,l ’ interdisant au passage au navire arabe, musulman et ottoman. Almeida resta en Inde avec le titre de Vice-Roi, puis insista auprés du roi sur l’importance de la maîtrise de la mer. C’est lui également qui est à l’origine des prises de Sofala et de Mozambique. Plus tard le roi le remplaça par le Capitao-mor (le capitaine générale) de la flotte portugaise qui n’était autre que Alfonso Albuquerque.

A l’inverse d’Almeida, Albuquerque insiste sur l’importance d’une politique de conquète qu’il s’evertue à entreprendre. Il s’empare de bon nombre de place, comme l’ile de Socotora au débouché de la mer rouge. Les principales villes qu’il rallie au royaume du portugale sont celle d’Ormuz en 1515, de Mallaca en 1511 qui était une place essentiel qui commande le détroit du même nom. Puis Goa en 1510.  Albuquerque a dans l’idée de créer des colonie de peuplement autour des points stratégique qu’il a conquis. Mais la faible démographie de son pays, est fortement défavorable pour cette entreprise. Aussi, pour pallier ce problème , il favorise une politique de mariage avec les populations indigènes.

A sa mort, les trois « clef » de Goa, Ormuz et Mallaca permettent le contrôles des routes du commerce des épices à travers l’ocean indien, jusqu’au cap de bonne espérence. C’est Albuquerque qui jette les base de l’empire maritime. L’Estada de india aussi appeler l’asie portugaise qui ne se trouve definitivementconsituer qu’en 1550.

Très tot l’empire delaisseles aspect militaire au profit de l’aspect commerciale, cela est principalement du au cruel manque d’homme. Enfin après 1500, les Portugais contrôleégelement une portion du territoire americain, qui n’est autre que le Brésil. Qui n’est occuper de façon permanante qu’a partir de 1530 à l’initiative de Jean III. L’empire que s’est progressivement consitué le Portugale s’appue sur une politique thallassocratique à l’inverse de celui qu’allait ce constitué l’autre puissance Iberique.

L’empire espagnole

La découverte de Christophe Colomb cette année 1492, était en soi un exploit immense. Mais cette découverte allait bientôt être accompagné d’une entreprise de conquête qui allait aboutir a un debut de colonisation. Il est interessant de voir que ce ne sont pas directement les souverains espagnole qui s’attelèrent à cette tache, mais plus tot une poignée d’homme, que l’on appeleraconquistator. Ce sont des hommes plein d’audace qui frise parfoit l’inconscience. Ils sont animé par l’espoire de gagné des richesse et recherche la puissance par tout les moyen même les plus brutaux. Dans l’histoire de la colonisation du nouveau monde par l’Espagne, nous pouvons entrevoir trois phases principale.

La première est la conquêtes des antilles, qui se déroula de de 1492-1519. C’est celle qui découle directement de la decouverte du natif de génes. Celui-ci débarque à Hispanola, puis fonde lors  de son deuxième voyage la ville d’Isabela qui serait le centre économique des antilles. Mais les rapport qu’entretenait les espagnoles avec les arawak une population locales se dégradérent. Depuis 1500, l’ensemble de l’ile a été parcour, 2000 colons conquerirent la partit orientale de l’ile avant de s’attaquer à Porto rico qui est colonisé en 1509, La jamaique en 1511 puis pour fini Cuba en 1513.

Puis l’étape qui est certainement la plus célébre historiquement parlant, est la deuxième, entreprit par Hernan Cortez. Mais avant cela, la cause de cette nouvelle phase, est le terrible manque d’homme que subissait la mise en exploitation de Cuba. Pour pallier ce manques des raids furent organisés pour se procurer des esclaves. Diego Velasquez qui était alors le gouverneurs envoya trois expédition sur la terre ferme de 1516 à 1518. Pour la troisième, Velasquez designa Hernan Cortez, mais l’expédition tarda à ce mettre en place et Cortez bursqu’a la décision de Velasquez et partit sans son consentement.

Les forces de Cortez furent relativement restreintes. Il disposait de 4000 hommes, 16 cavaliers et 6 pièce d’artillerie, contre approximativement 25 millions d’hommes sur le plateau mexicain. Une chance inouie allait pourtant suivre Cortez, car lui et sa suite lors de son arrivée son prit pour dieux. Cortez se fait alors proclamer Adebantado et  donne à Vera Cruz la dignité de premiere cité de la terre ferme.

Il parvient également à faire désavouer Velasquez, et reussit à ce faire conforté sur le plan juridique. Il soumet ensuite les Tlaxcaltéque, un peuple ennemie des aztéque et s’en fait des alliés. Cortez rentre victorieux à Mexico le 8 novembre 1519 et fait prisonnier l’empereur Aztéque Moctezuma. Cortez quitte ensuite Mexico, mais la population se souléve ce qui entraine une terrible répression le 29 mai 1520. Date de la mort de l’empereur Moctezuma. Durant la nuit (la noche triste), les espagnoles sont massacrés, Cortez parviens à quitté la ville, reviens et reprend Mexico le 13 Aout 1521. Cortez à herité de la domination Aztéques sur environ 300 000 km².

En decoulera, la conquéte de la penincule du Yucatan, qui fesait partit du monde Maya. Mais contrairement à l’empire aztéques, il ne s’agissait pas d’un empire centralisé, mais de cité autonome. Les combat ont lieu entre 1523 et 1525. Ils sont menée par Pedro de Alvacada qui obtient l’allegence mais pas la soumission. Les derniéres poche de resistance maya prennent fin en 1541.

La troisième étape est l’œuvre d’un aventurier espagnol, FransiscoPizzaro qui ayant participé a diverse exploration au sud de panama et ayant entendu parler des richesses prodigieuse de l’empire Inca et comprenant qu’il avait a faire à un état organisé, obtient par le traité de Tolède (26 mais 1529) l’autorisation de recruté en Espagne. Il s’embarque à Séville en 1530 avec 180 hommes et 60 chevaux. La premiere bataille à lieu à camarca, à 300 contre 30000. La mort du chef inca Aatahualpaprone le contrôle des conquistador qui profiterent de la desorganisationgérérale pour rentrer dans Cuzco le 15 novembre  1533. C’est la fin de l’empire inca, et le début de l’empire continentale espagnole. Un empire qu’il faut désormais partager et organiser.

Du partage à l’organisation

Les Grandes Découverte sont donc à l’initative de deux état au sens large, tout d’abord le Portugal puis ce que l’on appel atord l’Espagne. Nous nous acheminons donc vers une certaines dualité entre ces deux pays a vocation maritime. Et comme toute dualité, la présence d’un arbitre et de régle est fondamentalement indispensable. Le premier voyage de Chritophecolombdécbouche sur un compromis juridique entre les deux état ibérique et Rome. Le traité en question a des visé apostolique par la bulle de Inter Caetera du 4 Mai 1493 , Alexandre VI fixe à 100 lieux à l’ouest des açores (colomb y constate la déclinaison magnétique) la limite entre les deux empire, coté occidentale c’est le domaine espagnole, du coté orientale c’est le domaine portugais, qui englobe l’asie et l’afrique. Mais Jean II le roi du Portugal, et Isabelle et Ferdinand continuent d’ignorer l’éxistance du continent americain et son persuadé qu’il y a désormais deux route vers l’inde, une portugaise par l’est et une espagnole à l’ouest.

Le 7 juin 1494, la limite est reporté plus à l’ouest, par le traité de tordesillas, à 370 lieux de l’archipel, nouvelle frontière qui place le Bresil dans le domaine portugais.

Le partage ainsi fait, les deux empire purent organisé administrativement leur empire respectif. Les Portugais, ce servirent des iles des açores, de madére comme des laboratoireexperimentaux pour l’asie et l’amerique. C’est en quelque sorte un micro-organisme dans lequel les portugais experimentais des methode et des formes de peuplement. Contrairement à l’afrique continentale  ou aucune tentative de peuplement ne fut faite. Les conquètes manquant de moyen pratique, l’empire portugais est plus favorable à l’installation de fortesse et de comptoirs. L’empire est dirigé par une administration centrale, les representant de la couronne était le gouverneur générale nommé par le roi, ce titre pouvait mué en celui de vice-roi et jouissait des prerogatives presque royale. La colonisation du Bresil allait trainer, peu d’européen semblait desireux de s’y fixer.

L’organisation de l’empire espagnole est plus complexe, car il dispose tout d’abord d’un empire beaucoup plus grand, c’est d’ailleur à l’époque le plus vaste empire coloniale. Il est divisé en deux vice royauté, la nouvelle Espagne dont la capitale est mexico et le perou dont la capitale est lima, divisé elle-même en 9 audiancias, qui est un organisme à la fois judiciaire et administratif. Les vice-rois relévent en Espagne du conseil des Indes qui est crée en 1524 et qui promulguent les diverses loi des Indes dont l’apllication sur place laisse à desirée. La disance est un facteur, qui jouera en defaveur du roi d’Espgne diminuant ainsi considérablement sont autorité. On assiste alors a un relachement. Mais toute ses conquète auront des répercutions sur les terres et les population découverte, particulièrement pour l’empire coloniale espagnole.

Les Européens ou le facteur de bouleversement de l’équilibre du Nouveau Monde

L’exploitation des terres espagnoles

Outre la politique exclusivement thallasocratique des portugais, interessont nous à la politique d’exploitation des terre continentale espagnole. Car elle fut caractéristique de l’évolution des mentalités et aussi mais surtout du monde. L’exploitation des terres intervient très peu de temps après la période des découverte si ce n’est aussitôt. Pour les empires Aztèques et Incas elle a lieu par le simple remplacement des autorité, les institutions traditionnelle subsistent mais au seul profit des Espagnols désormais.

Un exemple est celui de la mita, qui était un import éxigée par les inca sous forme de travail mais les bénéfice allait directement à l’aide des malades et des personnes agé. Il sera toujours perçu mais sa finalité disparaitra. Dans les regions qui ne sont pas organisé, dans un système bien structuré, les colons mettent en place ce que l’on appelera l’encomienda.

Le principe de l’encomienda est une institution médievale, les indigène se trouvent répartis entre les propriété des colons selon le vieux modèle du servage. Il ne faut pas perdre de vue, que l’une des principales raison pour lesquelles les espagnols ce sont retrouvé ici, c’est la quête de l’or. Et cette quête exige une importante main d’œuvre pour ce qui est de l’orpaillage.

Nous prendrons comme exemple celui de latribut des Arawaks, a partir de 1495, les colons imposérent un tribut de métal précieux a cette tribut, mais les indiens n’ayant évidement pas d’or il devaient pratiquer l’orpaillage. Ce qui nous améne à la pratique de l’encomienda qui peut apparaitre comme un moyen de les y obligé.  Mais cette solution les réduit purement et simplement en esclavage.

Les colons instaléesreclamerons un apport des produit alimentaire d’Espagne puis des animaux du cheptel européen. Mais laché sur le sol de saint-domingue, il contribue au déclin des culture vivrière locale et par conséquent au renforcement de l’esclavage.

L’orpaillage quant à lui ce répendra sur la terre ferme, utilisant une main d’œuvre indienne en partit feminine. Mais cette main d’œuvre indienne fit défaut ce qui entraina le recour a une main d’œuvre differente, la main d’œuvre africaine, ainsi que le developpement de la traite et l’implantation d’une population d’origine africaine en colombie notamment. Vers 1570, on compte déjà 250 000 noirs dans les amerique espagnole.  Les repercution des grandes découvertes sur les civilisations déjà existente furent terrible.

L’impact sur les civilisations découvertes

Le déclin de la population amérindienne est un des grand phénomène de l’histoire de notre monde. Pourtant ce phénomène a été perçu très tot que ce soit par les populationamerindienne ou par les colon espagnole. A l’origine c’est le principe de l’encomienda qui est la principale cause ainsi que la conception médiévale de l’esclavage. La réduction des indiens en esclavage se fait comme dit plus haut, au debut de la colonisation à saint-domingue. A la base, ils sont coupable d’être anthropophage, puis plus tard l’esclavage peut-etre infligé lorsqu’il y a refus d’entendre la prédication, autrement dis refus de la soumission au roi catholique. Les indigène sont alors fait prisonnier et destiné à devenir des esclaves. Le pretexte qui est utilisé est la proliferation de l’evangelisation, bien que certain religieux ne soit pas d’accord avec les injustices à l’égard des indiens.

Un des precurseur de la lutte contre l’esclavage abusif fut l’évêque Bartholomé de Las Casa qui adressa à charlesquint la très breve relation des la destruction des Indes. Ce texte est le premier a attirer l’attention sur le déclin de la démographie indienne prenant des exemple précis : (« à lucayes, il y avait plus de 500 000 âmes, il n’y a plus personne aujourd’hui » ou encore « aSaint-domingue, sur les 300 millions de naturel que nous avons vue il n’y en a même plus deux cent aujourd’hui ». L’action de l’évêque Las Casas débouche sur son triomphe lors du débat de valladolid en 1551. Les nouvelles lois sont à l’origines d’une guerre civiles au perou, une partie des colons refusent la suppression de l’écomienda, mais ce derniére mesure disparait peu à peu. Elle est remplacé par le recours à la main d’œuvre africaine qui n’est pas sujette à la couronne. Mais la brutalité des colons, la réduction en esclavage ou même les mines ne sont pas les seules responsable de l’impressionant déclin démographique de la population qui occupait le nouveau monde. L’essentiel est du à des choc bactériologique.

Car avant d’être découvertes, les sociétéamerindienne vivaient en vase clos, isolé. Il disposait de très bonne condition sanitaire et surtout une absence de resistanceaux agression microbienne extérieur. Le développement de maladie est du au décloisonnement brutal : les indiens se trouve en meme temps face a l’action conjugée des bactérie et virus d’Euripe et d’Afrique ‘la rougoledecime les arawak, et le matlazahuatl tue les populations mexicaine. Une des cause est l’intrusion massive du betaille domestique, donc l’apport en microbe et la modification des habitudes alimentaire fragilise l’organisme des amerindiens. Pour le Mexique, la pop indienne passe de 25 million en 1520 a moins d’un million et demi en 1650, L’empire inca => 10 million en 1525, 8 million en 1575, 2 million en 1586.

La conquête spirituelle

« Je crois qu’aisément ils se feront chrètiens, car il m’a paru qu’ils n’étaient d’aucune secte ».  La citation de christophecolomb est significative des ambitions des européen sur les civilisations découverte. Outre, les aspect militaire, et économique que nous verons plus en profondeur. Il ne faut pas négliger l’aspect religieux. Il est vrai que les conquistador étaient des personnes croyantes, mais leur devotion était toujours manifesté sous un double aspect. L’un prevoyait de defendre leur religion contre les infidéles et d’un autre il y avait cette esprit de converssion des peuples de culture paiennes.

Ce sont les membres du clergé qui étaient chargé de cette colossale, car les conquistador n’avaient ni la capacité ni le temps necessaire pour une évangelisation qui serait efficace. L’espace controlé par la couronne d’Espagne, et par les colon espagnols est aussi christianisé par les missionnaire envoyé d’Espagne.  En 1502, 17 fransicains, puis 25 dominicains en 1509, forment le premier contingent d’évangélisateur. Les missionnaire sont chargé de convertir les indigénes. La premiere étape de la mission consiste à montrer que les dieux des indigènes les ont abandonné dans l’épreuve et qu’il faut donc détruire leur temple et leur image

La seconde repose sur la catéchèse : les indigéneapprenent le Credo, et on leur enseigne les vérités à croire, specialement sur le salut , le paradis et l’enfer. En 1572, les jésuites apparaissent au Novueau monde. Les roi d’Espagne créent des provinces ecclesiastique, des dioscèse et des cures. Puis forme des archeveque et des eveque. Le premier eveché d’amerique est erigé en 1511 à saint domingue, il y en aura 15 en 1580. La hierarchie séculière (archevêques, évêques, curés) est plutôt orientée vers l’encadrement de la vie religieuse des colons espganole. Les évêques ont à supporter de long conflit avec leur ouailles : apparement ils cherchent a leur donner le supplément d’aime indispensable à un colon qui doit pratiquer la charité à l’égard de sa main d’œuvre. Cet acte évangélisateur est sans conteste un apport de la culture européeneaux nouveau monde, mais le monde tel que le connaissaient les contemporain des grand explorateur allait profondement changer. C’est la naissance d’un nouveau monde.

La naissance d’un monde

Une nouvelle perception du monde

La découverte du monde à également eu pour conséquence la façon dont les européens voyais la terre. Les different voyages organisé que ce soit le contournement de l’Afrique ou la découverte progressive de l’Amerique, ont permis de produire des representation nouvelle du monde. C’est aussi suite a ces decouverte que l’on caractérise les société des quatre coin du monde,  (phrase de Christian grataloup dans son article dessine moi la figure de la terre … ) « Aux XVI émesiécle, les orientaux de l’ancien monde se decouvrent asiatique, comme les société d’outre-atlantique se comprennent americain, les population subsaharienne deviennent des africains. Simultanément la chrtienté latine apprend à ce nommer l’Europe ».  Mais ces assimilation vont devenir progressivement des évidences naturelle.

Christophe colomb n’avait pas conscience d’avoir découvert un nouveau continent, mais celui qui lui succeda allait en prendre conscience. Amerigo Vespucci est le premier a en etre convaincu. Il organise deux expedition, une en 1499 puis une autre en 1501-1502, il laissera des texte comme le MundusNovus, qui convainc progressivement la population européene de l’existance d’un nouveau continent.

En 1507, Martin Waldseemulet, un jeune cartographe dessine le littorale occidentale de l’atlantique grâce a des donnée recente et s’appuie notamment sur le Mundusnovus d’amerigovespucci , il choisit d’écrire « america » forme latine d’amerigo sur l’image des terres fraichement découverte. Bien qu’il regrettera sa decision, il viens de faire entré un nouveau continent dans la pensée du monde.

Mais c’est aux XVI éme que le planishpère s’est imposer . Les premier à proposer la norme toujour en vigueur sont les carthographed’anvers, Ortelius et Mercator. La projection ayant le nom de ce dernier. Les choix qui decide de prendre sont ceux des marin avec des meridiens et des parallele qui se croise a angle droit comme sur la shère.

« Le goût de l’inconnu »

Les grandes découvertent ont aussi eut pour conséquence, la mondialisation de l’alimentation. Car si ils decouvrirent le mais ou le piments, il introduisirent en amerique les agrume ou la canne à sucre.

L’un des premier aspect que constata les européen lors de leur premier contact avec le nouveau monde, c’est la luxuriance de la végétation, la fertilité des terre, et l’abondance de denrée alimentaire. D’ailleur, les premier gallion qui accostérent a Seville en provenance du nouveau monde ramenérent des cabosse de cacao, des grains de mais, des baies de piment et autre plante exotique.

Les nouveau explorateur se trouvent confronté a quantité de nouvelle denrée alimentaire : le mais et le cacao aztèques, la pomme de terre des incas mais aussi la tomate, le piment, les poinvrons, le quinoa, le manioc et la patate douce sans oublier de membre de la famille des cucurbitacé (citrouille, potiron) et de très nombreux fruit : ananas, avocat, figues, fruit de la passion, goyace, noix de cajou, papaye.

Mais certain étaient hostile a cet aspect des découvertes. Les religieux prétéxtait la non-presence de ces aliments dans les écrit biblique tandis que certaine thése scientifique attribut de nouvelle maladie à l’introduction d’aliment des Indes, par exemple la pomme de terre donnerai la lepre. Certain n’hesite pas a faire des analogies avec ce qu’ils connaissait déjà.  Ces decouverte font l’objet d’un adaptation culinaire, mais la durée varie en fonction de la popularité de l’aliment.

Mais cet aspect ne se fait pas que dans le sens amerique-europe,, on assiste a une veritable phase de metissage, on introduit dans le noveuau monde des plantes originaires d’Afriques, d’Europe, et d’Asie comme les agrumes et surtout la canne a sucre et le cafeier. Les occidentaux diffuse également en Afrique et en asie nombre de plantes americaine comme le manioc ou le piment. On assite a une veritable mondialisation alimentaire qui allait s’accompagner d’un boulverssement de l’economie européenne.

Bouleversement de l’économie européenne

Les conséquence sur l’économie européenedes grandes découverte sont considérable. Il convient de rappelé que cette économie, était très limité à la fin du XV ème. Elle se limitait au vieux continent avec les deux foyers de l’Italie du nord et des pays-bas.

Mais les grandes découverte et leurs resultat économique animent les port de la façade atlantique. Notamment Séville et Lisbonne. Séville, ou siège la Casa de Contratacion qui est un organisme charégé de controler tous les trafic avec l’empire espagnole depuis 1503, et alisbonne, ou la casa de India exerce un monopole quasi-totale sur les échanges avec l’empire portugais. C’est dans ces deux ville que les produit coloniaux sont débarqué.

Mais un problème vas vite ce posé, car ces deux port sont effectivement bien placé pour commercer avec l’asie et l’amerique mais adefaut elle ne peuvent acheminé les produit coloniaux vers le reste du continent européen. Un solution s’offre alors, solution qui est le port d’Anvers, le grand port des pays bas espagnol qui deviens le grand centre financier et bancaire de l’empire espagnole. Puis dans le meme temps le principale port de redistribution de tousles produit exotique.

20 000 tonnes de métaux précieux prenne la route de séville. Lisbonne quantàà elle recoit le sucre et les épices. Le stock d’or double a la fin du XVI éme, celui d’argent triple.

L’afflut des métaux precieux a favorisé le développement des échanges économique et offert des possibilitésupplementaire d’investissement. Le crédit est facilité et la pénurie monétaire, sensible au debut du siécle, s’est évanouit. Ces facteur ont vraisemblablement alimenté la huasse generale des prix au cour du siècle. La hausse est très forte de 1530 à 1560, puis après un palier de quize année elle reprend et s’accelére de 1575 à 1595.

Ainsi, les grandes découvertes apportérent un lot de changement inconsidéré au monde de l’époque. Tout d’abord, elle insita les pays qui les avaient entreprit a crée de vertiable empire coloniaux, qui muera en empire thallacratique pour le portugale et continentale pour l’Espagne. Mais les explorations qui suivérent ces grandes découverte allaient apporté ce que les européens s’evertuea faire depuis la naissance du christ, c’est-à-dire la guerre, et l’évangelisation des civilisation découverte. Qui serons fatal pour elles, les civilisations amerindienne feront l’objet d’un veritablegenocide à la fois volontaire et involontaire, enfin les population noir allait connaitre une des periode les plus sombre de leur histoire, la traite naigriére. Mais les découverte débouchérent également sur la naissance d’un nouveau monde, la cartographie et la representation du monde s’en trouve a jamais modifié, de nouvelle saveur font leur apparition et l’économie tant vers une mondialisation tout ceci allait aiguisé l’appétit des autres puissance européene qui allait elles aussi tenté leur chance par delales mer.

BIBLIOGRAPHIE

DE OLIVEIRA A.H, Histoire de Portugal et de son empire colonial, Paris, Khartala, 1998

DUTEIL Jean-Pierre, l’Europe à la découverte du monde du 13e au 17e siècle, Paris, Armand colin, 2003

GOMEZ Thomas, l’invention de l’Amérique, Paris, Aubier, 1992

LEBRUN François, L’Europe et le Monde (XVI-XVIII éme siècle), Paris, Armand Colin, 2004

MEYER Jean, L’Europe et la conquête du monde, Paris,  Armand colin, 2009

PERONNET Michel, Le XVI ème siècle 1492-1620, Paris,  Hachette supérieur, 1992

L’histoire, Les grandes découverte, n°355 Juillet-Aout 2010